ALIMENTATION - RESTONS SIMPLE

Publié le 2 Novembre 2017

 

La cousine Émilie est végétarienne, sa sœur végétalienne, leur mère est branchée chrono nutrition, tante Jacqueline s'est découverte fructivore, sa sœur ne parle que de macrobiotique, son frère est, paraît-il, intolérant au lactose, tonton Henri, de retour d'un voyage, est devenu insectivore, quant à Jean, le beau-frère, il s'est lancé dans la dernière invention à la mode, le régime paléolithique.

Ce tableau, un peu exagéré, montre à quel point avec le développement des régimes spécifiques, il va devenir difficile de mettre tout le monde d'accord autour d'une table.

Pour nos grands-parents c'était simple, dans la salle à manger, tous les invités se retrouvaient autour des mêmes plats.

 

Alors perdons-nous nos repères face à une individualisation de l'alimentation qui résulte plus de choix personnels que de vrais problèmes de santé ?

Sommes-nous trop à l'écoute de discours parfois anxiogènes sur l'alimentation qui nous dictent des choix variables présentés comme étant des vérités sur le moment mais bien souvent remises en questions quelques années plus tard pour des raisons qui nous échappent ?

 

Le consommateur semble pris en tenaille entre une surabondance alimentaire, les injonctions du corps médical, les pouvoirs liés au culte de la minceur, le marketing agro-alimentaire, la diététique starisée, la chasse aux obèses, la publicité dans les médias...

Hypocalorique, hyperglucidique, hyperprotéiné...Comment s'y retrouver  ?

Vantés à coups de slogans publicitaires, on se perd dans les adjectifs de ces régimes qui peuvent entraîner, au mieux, des carences alimentaires et, au pire, de graves problèmes de santé (constipation, troubles du rythme cardiaque, diminution de la masse minérale osseuse, malaises vagaux, insulino-résistance...).

Même s'ils rendent possible une perte de poids rapide, ils engendrent bien souvent frustration et culpabilité et ne permettent pas, la plupart du temps, de garder la ligne à long terme.

Il est reconnu, statistiquement, qu'après avoir fait de nombreux régimes, on assiste à 90% de rechute dans les 5 ans.

 

Alors pourquoi ne pas accepter son poids naturel qu'il corresponde ou non à des critères médicaux ou sociaux en gardant un modèle alimentaire traditionnel fait de bons plats équilibrés fondés sur le goût et la convivialité ?

 

Restons simple, varié, naturel et de saison dans notre alimentation.

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #Conseils - Infos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article