DESSERTS ET PATISSERIES

Publié le 22 Décembre 2017

 

Parfait ! Une pâtisserie par semaine.

 

Même si le fruit reste le choix idéal de dessert, fruits de saison crus cuits ou en compote, on peut déguster raisonnablement une bonne pâtisserie de préférence faite maison par semaine.

Le dessert est le tableau final d’un bon repas. C'est une récompense, puisque dans la hiérarchie des punitions enfantines, la privation de dessert occupe une place importante. Plus d’un enfant s’est résigné à la sagesse pour ne pas se voir privé d’une tarte aux fraises ou d’une crème renversée.

 

Le dessert n’est pas un luxe réservé aux circonstances importantes, il a une valeur alimentaire non négligeable.

Il contient du sucre mais aussi de la farine, des œufs et des fruits. Prudence néanmoins car le problème de la pâtisserie ne vient pas tant du sucre qu’elle contient mais surtout des graisses qui accompagnent le sucre. Il est important de privilégier les desserts les moins gras.

 

Le manque de temps n’est pas un prétexte pour escamoter le dessert. Il ne faut que quelques minutes pour transformer une orange, un kiwi, un ananas et une pomme en une délicieuse salade de fruits. Il est important de varier les présentations.

 

Privilégier « le fait maison » avec de bons produits de saison, plus sains, achetés sur le marché du quartier et à un prix souvent plus abordable et si vous avez un petit verger et quelques arbres fruitiers, c'est encore mieux.

 

 

A éviter : sucreries, bonbons, nougat, confitures, pain d’épice, lait concentré sucré, barres de distributeurs hyper-sucrées, les crèmes glacées, biscuits et pâtisseries industrielles.

 

Equivalences : Une barre chocolatée apporte 30 à 35 g de glucides (sucres), 3 profiteroles = 50 g, 1 maxi esquimau ou un cône glacé = 30 à 40 g, 1 mille-feuilles = 40 à 50 g, 1 éclair = 10 g de beurre et 30 g de sucre, 1 tranche de cake = 5 g de beurre et 20 à 30 g de glucides, 1 pain aux raisins = 10 g de beurre et 35 g de glucides.

On le voit, ces quelques exemples sont également riches en lipides alors qu’une salade de fruits n’apporte que 20 g de glucides et aucun lipides (gras). Sur le plan calorique, on est largement gagnant.

 

Attention aux produits finis achetés en magasin. Il est essentiel de bien lire les étiquettes.

 

Conseils :

Une glace pourra être avantageusement remplacée par un sorbet :

2 boules de sorbet correspondent à 1 fruit moyen, soit 20 g de glucides.

 

Les crêpes constituent un dessert léger et peu sucré. Tout va dépendre de l’accompagnement.

Une crêpe nature, c’est 10 g de glucides et une quantité négligeable de lipides. Une crêpe à la confiture, c’est 20 g de glucides.

 

Mais une fois de temps en temps, continuons à nous faire plaisir.

 

 

Une recette de Catherine Gilles

 

Crêpes farcies aux pommes

 

Préparer une pâte à crêpes avec 300 g de farine, 3 œufs, 60 cl de lait, 1 pincée de sel, 1 c.s. de rhum. Laisser reposer 1 heure minimum.

Éplucher 4 belles pommes, les couper en grosses tranches et les cuire à la poêle dans 1 c.s. d'huile d'olive ou de coco. Les laisser dorer en les retournant.

Cuire les crêpes et poser quelques tranches de pomme dans chaque crêpe. Les refermer en portefeuille.

Les mettre dans un plat recouvert de papier sulfurisé. Les recouvrir d'un film cello et les réchauffer au micro-ondes avant de les servir (ou les réchauffer au-dessus d'une casserole d'eau chaude).

 

L'art d'utilisation des restes : S'il vous reste des crêpes, vous pouvez les utiliser en mettant une tranche de jambon avec 1 pincée de fromage râpé pour votre dîner du lendemain.

 

Bonne dégustation !

 

Catherine Gilles

 

 

Rédigé par Yves de Saint Jean et Catherine Gilles

Publié dans #Conseils - Infos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article