MANGER SAIN ? PAS FACILE

Publié le 13 Avril 2018

 

Imaginons un instant, les dégâts futurs sur tous ces enfants élevés dès le matin aux céréales sucrés et chocolatés, bourrés d'arômes artificiels et de sirop de glucose, gavés de nuggets frites à midi, de biscuits fourrés aux pâtes chocolatés à 16 h, de chips et de sodas devant la télé le soir.

 

Arômes, colorants, conservateurs, émulsifiants, épaississants, texturants, exhausteurs de goût, agent d'enrobage, édulcorants, stabilisants, pesticides, herbicides ….tout ce vocabulaire lié à l'alimentation moderne fait frémir. L'accumulation et l'association de ces additifs aux noms savants résumés par quelques chiffres (E250, E180, E650...) provoquent selon un certains nombre de nutritionnistes des risques non maîtrisés sur notre santé.

 

Beurk !

Pourtant nos linéaires regorgent de produits. Jamais l'offre alimentaire n'a été aussi riche et la sécurité alimentaire aussi poussée et sûre. Quotidiennement les emballages nous proposent à grand renfort d'annonces publicitaires et de plans marketing des affirmations toutes plus vendeuses les unes que les autres : « riche en fer et calcium », « bon pour la croissance », « riche en oméga 3 » « pauvre en matières grasses », « 100% naturel » etc... et pourtant il n'y a jamais eu autant de cancers, d'allergies. Le diabète, l'obésité, les problèmes cardio-vasculaires sont en constante progression.

 

Cherchez l'erreur ?

 

 

 

 

Manger-bouger, manger moins gras, moins sucré, moins salé qu'ils disent et si on limitait aussi la chimie dans nos assiettes.

A moins de se balader dans les rayons des supermarchés avec une encyclopédie spécialisée pour comprendre les noms des substances ajoutées dans les produits transformés qui fleurissent sur les étalages et d'avoir une parfaite connaissance des apports nutritionnels journaliers, déchiffrer et décrypter les étiquettes à la liste d'ingrédients souvent trop longue devenue suspecte ressemble à un défi insurmontable.

Et que dire des interminables rayons de yaourts aromatisés, des bâtonnets de crabe (sans crabe), des saucisses faussement 100% pur porc, des produits allégés souvent plus chers que l'original qui perturbent la satiété, cultivent l'appétence au sucre, entraînent une surconsommation et conduisent au grignotage.

 

Alors, sur fond de progression du diabète et d'obésité, enfants et même adultes s'habituent au goût chimique des aliments.

 

 

 

 

Que faire ?

 

Il y a cinquante ans ma grand-mère préparait des bons plats souvent roboratifs mais elle et son mari dépensaient une énergie folle toute la journée. Après le travail, il y avait le ménage, le jardin à bécher, s'occuper des poules, des lapins. Il n'y avait pas la télé, ni internet et même pas de téléphone. On mangeait sans s'occuper de diététique mais on mangeait sain, bien et bon.

 

Je suis en droit de regretter le mode de vie alimentaire de mes grands-parents car aujourd'hui trop gros, trop maigre, trop machin, pas assez sportif, les gourous de la diététique cherchent à nous imposer leurs règles alimentaires.

Sans compter avec toutes ces études de scientifiques qui se contredisent depuis des dizaines d'années en nous dictant des choix variables présentés à chaque fois comme des vérités remises en cause quelque temps plus tard.

 

 

En résumé

 

La diététique devrait nous enseigner ces constantes indispensables à une bonne santé, cela éviterait bien des problèmes et pourrait en résoudre bien d'autres. Mais il semble que cette alternative s'oppose à certains intérêts agro-alimentaires ou pharmaceutiques car guérir des milliers de gens avec simplement une bonne alimentation et quelques règles simples, c'est perdre des millions de clients !....

 

 

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #Conseils - Infos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laborde 10/03/2019 14:27

Comment utiliser le vinaigre de cidre

11/03/2019 09:31

Bonjour
Comme un vinaigre de vin mais attention au vinaigre balsamique qui doit être utilisé de façon modérée et occasionnelle.
Bonne journée