OCTOBRE 2020 - SEMAINE 3

Publié le 18 Octobre 2020

 

 

 

« Manger plus qu'on ne doit, fait plus de mal qu'on ne croit » Proverbe

 

 

 

 

* DECRYPTER LES ETIQUETTES *

 

 

 

 

 

 

 

Dans la plupart des articles du blog, nous alertons régulièrement sur la connaissance de la composition des aliments et notamment industriels.

Nous insistons sur la nécessité d'avoir une lecture objective des étiquettes qui doivent figurer obligatoirement sur les emballages.

Au supermarché, nous ne prenons en général que quelques instants pour choisir et acheter, guidés soit par nos habitudes liées à un produit ou à une marque, soit devenus sensibles, inconsciemment, au matraquage publicitaire, aux promotions et au marketing qui souhaite orienter ou conditionner nos comportements d'achat.

 

Les récents scandales alimentaires soulignent le problème de l'efficacité des contrôles.

La présence de l'étiquetage devient alors essentielle mais celui-ci doit être fiable, compréhensible, lisible, visible et indélébile.

 

 

 

 

Les messages en grosses lettres s'accumulent sur les linéaires : « A base de », « Huile végétale », « Riches en vitamines », « plus onctueux », « Tradition paysanne» « Terroir » etc... les créatifs des agences publicitaires débordent d'imagination pour créer une « promesse publicitaire » toujours belle, colorée et alléchante. Elle est conçue pour inciter à acheter mais elle peut être aussi parfois trompeuse.

Un produit marqué « sans sucre ajouté » peut contenir un, voire plusieurs édulcorants de même que « Riches en protéines » et « Source de protéines » n'ont pas la même signification. Pour le premier les protéines représentent 20% de la valeur énergétique alors que pour le second c'est seulement 12%.

 

Les choix alimentaires pléthoriques exigent donc un décryptage des listes d'ingrédients.

Certaines mentions sont obligatoires, d'autres sont facultatives et les obligations diffèrent selon le mode de conditionnement.

Logos, labels, médailles doivent être clairement justifiés.

 

 

 

 

 

Il est bon de savoir par exemple que sur un paquet de céréales si le sucre est mentionné en premier sur la liste des ingrédients, c'est que le sucre est en proportion plus importante que les céréales.

Globalement, il faut rester prudent face à des produits dont la liste des ingrédients est « longue comme un jour sans fin » souvent incompréhensibles. Cela signifie que c'est un produit industriel ultra transformé et que sa consommation régulière peut nuire à la santé.

 

 

* Les livres *

 

 

 

 

 

Pour essayer de se retrouver dans toute cette « jungle », il est bon d'avoir à portée de main quelques outils d'information.

J'ai trouvé plusieurs ouvrages très bien documentés conçus comme des guides pour extraire une information claire, précise et objective. Ils permettent de se méfier d'allégation du type à « Base de...», de décoder les étiquettes comportant une inflation de mentions, et informations recommandées ou imposées par la législation (présence d'additifs, d'OGM, d'édulcorants, de sucre, de graisse...) afin de savoir vraiment ce que vous avez dans vos assiettes.

 

 

 

D'autres titres d'ouvrages à la fin de cet article

 

 

* Les applications *

 

A l'heure des nouvelles technologies, informaticiens de tout poil, start-up en vogue se sont emparés de ce marché et rivalisent d'imagination pour nous encombrer d'applications à télécharger sur nos tablettes ou smartphones car désormais si vous n'êtes pas connecté, vous n'êtes quasiment plus rien.

Il existe des centaines de milliers de ces outils informatiques qu'ils soient touristiques, médicaux, ludiques. Ils vous informent sur l'actualité, la gestion de votre budget, vos pulsions cardiaques, les nombres de pas que vous faites dans la journée, calcule vos calories et désormais ce qui serait bon ou mauvais pour votre santé.

 

 

 

 

Au moment où l'on découvre une explosion de l'obésité et du diabète notamment chez les personnes jeunes qui se goinfrent au fast-food et restent scotchées devant leurs petits écrans à grignoter des chips, on nous annonce la naissance de centaines d'applications pour mieux manger. Magnifique !

Elles s'appellent " Yuka, Buy or Not, Fat Secret, Food Visor, Maïa Coach, Kwalito, Frigo Magic ou encore Etiquetable..." Certaines comptent les calories dans votre assiette à l'aide d'une photo, d'autres décryptent les étiquettes à l'aide du code-barres ou sont sensées vous apprendre à manger durable pour protéger la planète

 

Scanner le code barre à l'aide de son téléphone dans les rayons du supermarché permet de savoir si le produit est bon ou mauvais pour soi, s'il contient des additifs douteux, des graisses saturées, du sel du sucre...

Ces « applis » pensées pour répondre aux besoins de transparence réclamées par le consommateur aident à décrypter le charabia des listes d'ingrédients pour les produits alimentaires mais aussi cosmétiques et de soins (dentifrices, crèmes de beauté...).

Elles sont sensées ne rien laisser passer et obligent les marques à devenir plus vertueuses en élaborant des produits avec moins de mauvais ingrédients car ceux-ci marqués de rouge donc mal cotés génèrent une publicité négative.

Il existe même des « applis dédiées ». Elles proposent des filtres « sans gluten » ou « sans lactose ». Certaines payantes notamment pour les diabétiques permettent de vérifier la composition de l'assiette.

 

 

 

Au risque de passer pour « vieux jeu » je reste un peu dubitatif face à de tels développements même si, pour être objectif, elles permettent d'enlever un peu de poussière sous le tapis et de contraindre les entreprises alimentaires à plus de respect du consommateur.

A vrai dire comment fonctionnent ces « applis », que promettent-elles et quelle est leur indépendance ?

Un aspect trop binaire et pas assez nuancé peut leur être reproché. Elles ne renseignent pas sur le dosage et la nocivité mais uniquement sur la présence.

La plupart se basent sur le Nutri-Score et la classification Nova qui répertorie les produits selon un degré de transformation qui va de 1 à 4. Elles ont alors développées à partir de ces deux classements leurs propres bases de données enrichies par les utilisateurs mais aussi par les marques elles-mêmes.

Certaines grandes enseignes ont alors lancé leurs propres applications dont les évaluations peuvent alors être jugées plus indulgentes...

 

 

Pour résumer, entre tous les régimes végétariens végétaliens, chrono-nutrition et autre fructivores...la vache folle, les steaks hachés gras, le fromage analogue... les additifs, colorants et autres OGM, c'est selon moi, à y perdre quelque peu son latin.

Nos grands-parents et parents assis autour de la table se retrouvaient autour des mêmes plats. C'était facile simple et bon. 

Je reste partisan en premier de se rapprocher des produits naturels, du marché, du maraîcher, du boucher de quartier, de s'appuyer sur les circuits courts et d'utiliser des produits les moins transformés avec les étiquettes dont la liste des ingrédients est courte, claire et compréhensible.

 

 

 

 

 

 

 

* LES MENUS DE LA SEMAINE *

 

 

 

LUNDI

Déjeuner

Pot-au-feu à ma façon, légumes de cuisson, gros sel, cornichons, moutarde à l’ancienne, petit-suisse et lamelles de mangue.

Dîner

Consommé de pot-au-feu aux perles du Japon, filet de poisson vapeur, salade verte, maïs et avocat, fromage blanc, pomme.

 

 

 

 

MARDI

Déjeuner

Salade verte, tranches de langue de veau du pot-au-feu à ma façon, sauce piquante, riz nature, fromage blanc, ananas.

Dîner

Reste consommé de pot-au-feu, salade lyonnaise, pain complet, fromage blanc, eau, ananas.

 

 

 

 

MERCREDI

Déjeuner

Salade verte, effiloché de joue de bœuf aux patates douces du pot-au-feu à ma façon, yaourt, compote de pommes sans sucre ajouté.

Dîner

Salade de carottes, vinaigrette aux herbes, crépinettes de courgettes, yaourt nature, reste de compote de pommes.

 

 

 

 

JEUDI

Déjeuner

Soupe de légumes de saison, colin au court-bouillon (prévoir large pour le lendemain), chou-fleur gratiné (Emmental ou Comté), salade verte, mandarine.

Dîner

Thon au naturel, haricots blancs, tomates, fromage, 1 tranche de pain complet, compote de prunes.

 

 

 

 

VENDREDI

Déjeuner

Crudités, vinaigrette, colin froid en vinaigrette et riz nature et sauce à la crème persillée, poivre, 1 tranche de pain complet, fromage, kiwi.

Dîner

Soupe de panais et poireaux, œufs brouillés et ratatouille, sel, poivre, persil, pain complet, pomme.

 

 

 

 

SAMEDI

Déjeuner

Carottes râpées, poularde en casserole sur tombée d'oignons (2 oignons ciselés au fond de la marmite, thym 1 feuille de laurier), haricots verts persillés, fromage blanc, pomme.

Dîner

Soupe de panais et poireaux, moules marinières ou poisson, persil, pain complet, pomme.

 

 

 

DIMANCHE

Déjeuner

½ Avocat filet de citron ou sauce soja, reste poularde réchauffée, purée de pommes de terre, tarte à la banane.

Dîner

Tagliatelles au Parmesan, filet d’huile d’olive, yaourt nature, pomme.

 

 

 

 

 

 

 

 

* LES IDEES DE RECETTES

DE

CATHERINE GILLES *

 

 

 

 

 

 

 

 

* POT-AU-FEU A MA FAÇON *

 

 

 

 

Plonger 2 joues de bœuf (500 à 600 g chacune) et une langue de veau dans une marmite d’eau froide. Quand l’eau bout, laisser 10 mn puis rincer la viande. La plonger à nouveau dans la marmite et la recouvrir d’eau avec 3 poireaux, 1 kg de carottes, 1 chou moyen, 1 panais, 1 rutabaga, 1 navet, 1 bulbe de fenouil, 2 branches de céleri, 1 oignon piqué de 3 clous de girofle, 6 grains de poivre, 1 branche de thym et 2 feuilles de laurier. Laisser mijoter tranquillement 2 h 30 ou compter 1 h en autocuiseur à partir de la mise en rotation de la soupape. Tester votre cuisson, la lame d’un couteau doit entrer sans résistance.

Les légumes et la viande devront être réservés à part à l’issue de la cuisson et le bouillon conservé une nuit au réfrigérateur. Le gras remonté à la surface sera retiré à l’aide d’une écumoire.

 

 

 

 

* CONSOMMÉ PO -AU-FEU

AUX PERLES DU JAPON *

 

 

 

 

Utiliser le bouillon du pot-au-feu dégraissé et ajouter 1 poignée de perles du Japon.

 

 

 

 

* SALADE LYONNAISE FAÇON GOURMET *

 

 

 

 

Éplucher une salade frisée ou du pissenlit (garder les feuilles vertes un peu dures pour accorder dans une soupe). Préparer une vinaigrette, déposer la salade par-dessus et réserver. Enlever toute présence de gras sur un morceau de 200 g de lard fumé choisi d’emblée peu entrelardé, le couper en lardons. Les faire revenir à la poêle dans 1 c.s. d’huile d’olive. Toaster légèrement 2 belles tranches de pain complet rassis, les frotter d’ail, les réserver. Cuire dans une eau légèrement vinaigrée 2 œufs mollets par personne (compter 6 mn dès que l’eau bout, les tremper dans de l’eau fraîche et les écaler délicatement). Déglacer les lardons avec ½ verre à moutarde de vinaigre de vin rouge ou blanc. Verser les croûtons et les lardons avec la sauce déglacée sur la salade et la servir dans chaque assiette avec les œufs mollets sur le dessus. Donner un petit coup de couteau sur un côté de l’œuf pour libérer un peu de jaune qui va couler légèrement.

 

 

 

 

* CAROTTES BRAISEES *

 

 

 

 

Couper 800 g de carottes en rondelles.

Les mettre dans une poêle avec une noix de beurre, les saler, poivrer et verser le jus d'1/2 citron pressé. Cuire à couvert 25 à 30 mn.

 

 

 

 

* CREPINETTES DE COURGETTES *

 

 

 

 

Laver et épépiner une belle courgette. La râper, la mettre à dégorger avec du sel pendant 20 à 30 mn.

Chauffer 25 cl de lait entier, le verser sur  250 ml de flocons d'avoine. Les laisser gonfler pendant que la courgette dégorge.

Passer au micro ondes 1 mn une échalote ciselée avec un petit fond d'eau dans un ramequin. au micro-ondes.

Dans un saladier casser 2 œufs, les battre à la fourchette, ajouter les flocons d'avoine, l'échalote, 3 beaux brins de persil hachés, 1 petite c.c. de gingembre en poudre, la courgette pressée pour extirper l'excédent d'eau, ajuster en sel et poivre. Bien mélanger le tout.

Chauffer une poêle avec un peu d'huile d'olive et verser 3 petites louches de cette pâte (comme pour les pancakes ou blinis) dans une poêle de 30 cm de diamètre. Aplatir légèrement si besoin.

Lorsque le dessus est pris, les retourner et les cuire 2 à 3 mn.

Les disposer sur un papier absorbant.

Elles peuvent être réchauffées au micro ou au four.

 

 

 

 

* SAUCE A LA CREME PERSILLEE *

 

 

 

 

Mettre 20 cl de crème entière dans une saucière, ajouter le jus d'un 1/2 citron pressé, du sel, du poivre et 3 a 4 brins de persil ciselé (bien pincés entre mes doigts j'utilise des ciseaux).

 

 

 

 

* SOUPE DE PANAIS ET POIREAUX *

 

 

 

 

Éplucher et émincer 2 panais et 2 poireaux. Faire suer 2 gousses d’ail émincées, ajouter les panais et les poireaux. Verser 2 l d’eau sur les légumes avec 1 bouillon cube de bœuf dégraissé, une feuille de laurier. Cuire à couvert 35 mn. Mixer et ajuster en sel et poivre. Servir parsemé de persil plat émincé.

 

 

 

 

* TARTE À LA BANANE *

 

 

 

 

Précuire 15 mn à 180° une pâte à tarte brisée maison ou prête à dérouler (pas de matière végétale).

Écraser 3 bananes bien mûres. Ajouter 2 c.s. de rhum et un sachet de sucre vanillé.

Étaler cette purée sur le fond de la pâte à tarte. Enfourner 20/25 mn.

Pendant ce temps couper 2 bananes en rondelles. Les mélanger à 2 c.s. de rhum. 

Répartir les rondelles de bananes sur le dessus de la tarte. Enfourner 20/25 mn. 

Faire fondre 2 c.s. de confiture (abricots ou rhubarbe), étaler la partie sirupeuse à l'aide d'un pinceau et repasser sous le grill pour faire dorer pendant 5 ou 10 mn.

Servir froid.

 

 

 

Autres ouvrages :

 

 

 

 

 

 

Bonne Semaine !

 

Rédigé par Yves de Saint Jean et Catherine Gilles

Publié dans #menus de Catherine Gilles

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jouet Léon 20/10/2020 14:42

Bonjour, merci pour le partage, au plaisir de vous voir sur mon blog. https://jouet-leon.blogspot.com/

angevine49 18/10/2020 17:59

Bonjour,

Voilà des recettes à tester ( je pense surtout à la tarte à la banane). J' ai suivi des cours de rééducation cardiaque, il y a 9 ans déjà et tous les vendredis il y avait un contrôle écrit. Mes fils vérifier si j' avais bien travaillé en contrôlent mes notes. Mais en même temps ils lisait mes cours ainsi ils ont appris sur les maladies cardiaques, le diabète etc... et surtout sur l' équilibre alimentaire et des dangers des produits industriels. Bon de temps en temps, ( surtout quand on est malade) les produits tout fait permettent de manger sans se casser les la tête c' est pratique il faut le reconnaître. Mais cela reste exceptionnel. On préfère le fait maison.

Merci pour tout ces bons conseils et ses bonnes recettes.

Bonne fin de week end

Yves de Saint Jean 21/10/2020 11:17

Bonjour
Bien sûr on peut se dépanner de temps en temps avec des produits industriels à condition de bien les choisir. ce ne doit être qu'occasionnel.
Bonne semaine
Yves